Plus d’un quart des travailleurs ont le sentiment d’avoir été victimes d’une discrimination au travail

égalitéhommesfemmesC’est ce que révèle, entre autres, la 5ème édition du baromètre sur la perception des discriminations au travail réalisé par l’institut CSA à la demande du Défenseur des droits et de l’OIT (Organisation Internationale du Travail).

Le sondage réalisé pour moitié auprès des salariés du privé et pour moitié auprès des agents de la fonction publique révèle également que plus d’un tiers des personnes interrogées ont été témoins de discrimination dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Le sexe et la maternité sont les premiers critères des discriminations vécues, avec l’âge, pour les salariés du privé.

Ces critères devancent désormais l’origine ethnique, qui était auparavant citée comme le principal critère de discrimination par les victimes du secteur privé (cité par 16% des salariés contre 37% en 2010).

En revanche, l’origine ethnique reste l’un des critères principaux des discriminations observées par les témoins.

L’auteur des discriminations le plus fréquemment cité tant par les victimes que  par les témoins est le supérieur hiérarchique direct.

L’étude révèle que face à une discrimination, vécue ou observée, la première attitude du salarié du secteur privé est de ne rien dire (42% des victimes ou témoins du privé) alors que les agents de la fonction publique hésitent moins à en parler (29%) en premier lieu aux représentants du personnel ou aux syndicats.

Lire l’intégralité de la synthèse.

 

Version imprimable de cet article