Archives par mot-clé : congé de paternité

Un congé paternité spécifique de 30 jours en cas d’hospitalisation de l’enfant après la naissance

60 000 bébés prématurés naissent chaque année et sont hospitalisés dans une unité de soins spécialisée.

Cette situation nécessite la mobilisation des deux parents , ce qui est difficile à concilier avec la reprise d’une activité professionnelle.

C’est pourquoi un congé de paternité spécifique a été créé.

Le congé spécifique de paternité pour hospitalisation de l’enfant est issu d’un amendement gouvernemental à la loi de financement de la sécurité sociale 2019 du 22 décembre 2018. Cette mesure avait alors été votée à l’unanimité.

Ses modalités viennent d’être précisées par un décret du 24 juin 2019,à lequel précise :

  1. les modalités de durée maximale du congé de paternité en cas d’hospitalisation immédiate de l’enfant
  2. le montant de l’indemnité journalière et d’allocation de remplacement attribuées durant ce congé
  3. les pièces justificatives à fournir pour l’attribution de ce congé.

1.Modalités du congé

Ce nouveau congé pour hospitalisation s’ajoute au congé de paternité et d’accueil de l’enfant prévu par l’article L1225-35 du code du travail.

Le code du travail prévoit en effet qu’après la naissance de l’enfant et dans un délai déterminé par décret, le père salarié ainsi que, le cas échéant, le conjoint salarié de la mère ou la personne salariée liée à elle par un pacte civil de solidarité ou vivant maritalement avec elle bénéficient d’un congé de paternité et d’accueil de l’enfant de onze jours consécutifs ou de dix-huit jours consécutifs en cas de naissances multiples

(article L1225-35 du code du travail)

Des dispositions spécifiques étaient prévues pour la mère lorsque la naissance intervient plus de six semaines avant la date prévue et exige l’hospitalisation de l’enfant: la durée du congé légal de maternité est alors augmentée du nombre de jours courant à partir de l’accouchement jusqu’au début du congé de maternité (article L1225-20 du code du travail).

Désormais des dispositions existent également pour le père.

En cas d’hospitalisation immédiate de l’enfant après la naissance, pendant toute la période d’hospitalisation dans une ou plusieurs unités de soins spécialisés, le conjoint de la mère ou la personne liée à elle par un pacte civil de solidarité ou vivant maritalement avec elle, a droit, en plus du congé « classique » de 11 jours (ou 18 en cas de naissances multiples), à un congé de paternité et d’accueil de l’enfant « pour hospitalisation de l’enfant » pendant une durée maximale de trente jours consécutifs.

Le congé doit être pris dans les quatre mois suivant la naissance de l’enfant.

Le salarié doit en informer son employeur sans délai en lui transmettant un document justifiant de cette hospitalisation.

2. Montant de l’indemnité journalière

Ce congé s’applique à tous les régimes de sécurité sociale et suit les mêmes modalités d’indemnisation que celles du congé paternité actuel. Voir le site service-public.fr.

3. Pièces justificatives à fournir pour l’obtention du congé

Le salarié doit informer son employeur sans délai de cette situation en lui transmettant un document justifiant de cette hospitalisation. Il doit en faire de même avec la Caisse d’assurance maladie.

Version imprimable de cet article Version imprimable de cet article


Congé de paternité: l’employeur peut-il refuser de l’accorder au salarié ?

enfant4NON. L’employeur  qui est informé des dates choisies par le salarié pour le congé de paternité, dans le délai légal d’un mois avant le début du congé, ne peut s’opposer au départ du salarié, ni en exiger le report, même s’il existe des difficultés d’organisation ou une charge de travail dans l’entreprise à ces dates.

C’est ce qu’ a jugé la Cour de cassation dans une décision du 31 mai 2012.

Les faits :

Après la naissance de son enfant intervenue un 25 juillet, un salarié notifie à l’employeur son souhait de prendre un congé de paternité du 6 au 16 septembre.

L’article L1225-35 du code du travail prévoit en effet les dispositions suivantes:

Après la naissance de son enfant et dans un délai déterminé par décret [quatre mois], le père salarié bénéficie d’un congé de paternité de onze jours consécutifs ou de dix-huit jours consécutifs en cas de naissances multiples.

Le congé de paternité entraîne la suspension du contrat de travail.

Le salarié qui souhaite bénéficier du congé de paternité avertit son employeur au moins un mois avant la date à laquelle il envisage de le prendre, en précisant la date à laquelle il entend y mettre fin.

L’article D1225-8 précise en outre :

Le congé de paternité est pris dans les quatre mois suivant la naissance de l’enfant.
Le congé peut être reporté au-delà des quatre mois dans l’un des cas suivants :
1° L’hospitalisation de l’enfant. Le congé est pris dans les quatre mois qui suivent la fin de l’hospitalisation ;
2° Le décès de la mère. Le congé est pris dans les quatre mois qui suivent la fin du congé dont bénéficie le père en application de l’article L. 1225-28.

Le salarié respecte le délai de prévenance d’un mois prévu par le code du travail: il informe l’employeur par courrier recommandé du 3 août de son absence pour congé de paternité de onze jours à compter du 6 septembre.

L’employeur lui oppose cependant un refus, invoquant la charge de travail de l’entreprise à la période choisie par le salarié et lui propose un report du congé de paternité au mois de novembre.

Le salarié passe outre le refus de l’employeur et part en congé à la date annoncée du 6 septembre.

L’employeur va alors le licencier pour faute grave, invoquant son absence non autorisée à compter du 6 septembre.

Le salarié saisit le conseil de prud’hommes estimant que son licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

La décision des juges :

Le conseil de prud’hommes, puis la cour d’appel font droit à la demande du salarié et condamnent l’employeur à lui verser des

L’employeur forme un pourvoi contre la décision de la cour d’appel. Il estime qu’il était en droit de s’opposer aux dates proposées par le salarié, pour un motif légitime, en l’occurrence des difficultés d’organisation liées à la charge de travail de l’entreprise à cette période de septembre.

La cour de cassation rejette son pourvoi et approuve les premiers juges d’avoir décidé que le licenciement du salarié était dépourvu de cause réelle et sérieuse:

le salarié avait informé l’employeur de son départ en congé de paternité dans le délai d’un mois prévu par l’article L1225-35 alinéa 3 du code du travail; « informé conformément à ce texte des dates choisies par le salarié, l’employeur ne peut ni s’opposer à son départ, ni en exiger le report« . En prenant son congé à la date choisie, malgré l’opposition de son employeur, le salarié n’avait commis aucune faute, de sorte que son licenciement était dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Source : Cour de cassation, chambre sociale, 31 mai 2012,  n°de pourvoi 11-10282

Version imprimable de cet article Version imprimable de cet article

Le congé de paternité n’est plus seulement réservé au père

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 a été adopté en lecture définitive par l’Assemblée nationale le 3 décembre 2012.

Il prévoit qu’à compter du 1er janvier 2013, le congé paternité sera étendu à d’autres bénéficiaires que le seul père.

Actuellement, l’article L 1225-35 du code du travail est ainsi rédigé:

« Après la naissance de son enfant et dans un délai déterminé par décret, le père salarié bénéficie d’un congé de paternité de onze jours consécutifs ou de dix-huit jours consécutifs en cas de naissances multiples.

Le congé de paternité entraîne la suspension du contrat de travail.

Le salarié qui souhaite bénéficier du congé de paternité avertit son employeur au moins un mois avant la date à laquelle il envisage de le prendre, en précisant la date à laquelle il entend y mettre fin ».

  • A compter du 1er janvier 2013, date d’entrée en vigueur des nouvelles dispositions de la loi, l’article L1225-35 sera ainsi rédigé:

« Après la naissance de l’enfant et dans un délai déterminé par décret, le père salarié ainsi que, le cas échéant, le conjoint salarié de la mère ou la personne salariée liée à elle par un pacte civil de solidarité ou vivant maritalement avec elle bénéficient d’un congé de paternité et d’accueil de l’enfant de onze jours consécutifs ou de dix-huit jours consécutifs en cas de naissances multiples.

Le congé de paternité entraîne la suspension du contrat de travail.

Le salarié qui souhaite bénéficier du congé de paternité avertit son employeur au moins un mois avant la date à laquelle il envisage de le prendre, en précisant la date à laquelle il entend y mettre fin ».

Ce qu’il faut retenir:

  • Le congé de paternité est rebaptisé « congé de paternité et d’accueil ».
  • A compter du 1er janvier 2013, il sera ouvert:

– au père de l’enfant;

– au conjoint de la mère;

– à la personne liée à elle par un PACS ou qui vit maritalement avec elle.

  • Le texte vise donc désormais :

– les couples hétérosexuels au sein desquels le partenaire de la mère n’est pas nécessairement le père;

– les couples homosexuels féminins au sein desquels l’un des deux partenaires a donné naissance à un enfant.

Version imprimable de cet article Version imprimable de cet article